Quel avenir pour le Bitcoin?

Hebergeur d'image

Tout d’abord, je tiens à préciser que cet article et ceux qui suivront sur le sujet ne sont ni un encouragement, ni une dissuasion à l’investissement dans les valeurs étudiées. L’avis que j’expose ici n’est que le fruit de ma propre réfléxion que j’appuierai sans cesse de preuves. Sachez que les marchés financiers comportent des risques de perte du capital investi, et de ce fait, n’investissez que ce vous êtes prêt à perdre.

 

“La crise financière permet de financer l’innovation” pense Carlota Perez appuyée de preuves dans Quand les bulles éclatent de Hans Petter Moland. Cette dernière, économiste vénézuélienne notamment spécialisée en technologie, prend pour preuves les dernières grandes crises financières, notamment la bulle internet dans les années 2000 qui aurait permis de financer l’innovation dans le secteur, aujourd’hui prisé. Une éventuelle crise financière permettrait-elle de financer l’innovation qu’est la blockchain, apportée par les crypto monnaies et notamment le Bitcoin, ou celles-ci sombreront-elles simplement? Qu’est-ce qui fait qu’une « monnaie » aussi controversée que le Bitcoin attire tant, soudainement?

Carlota Perez affirme notamment le fait que la récession dans les années 2000 sur les valeurs technologiques n’était pas la dernière, et surtout: n’était pas la “vraie” crise des valeurs technologiques. Elle parle notamment de la distinction qui se creuse sans cesse entre l’économie réelle et l’économie virtuelle que nous avons vue d’une certaine manière en 2007: les bulles spéculatives le montrent bien, la psychologie des investisseurs ne reflète pas toujours l’état de l’économie réelle. J’emprunterai simplement, pour l’illustrer, cette citation de Françoise Giroud, journaliste et femme politique française: “Le marché des actions ne reflète pas l’état des économies, mais la psychologie des investisseurs”. En élargissant ceci à l’ensemble des marchés financiers, nous le remarquons bien: c’est une affaire de psychologie. Il suffit que le marché pense que le cours en bourse d’une entreprise soit sur le point de chuter et devinez quoi: son cours chutera. C’est ce que l’on appelle en économie “les anticipations auto-réalisatrices”. Ces anticipations ont eu des effets dévastateurs sur certains pays: voir la Grande Dépression de 1930 et les paniques bancaires qui ont poussé plusieurs banques à la faillite, par exemple. Imaginons maintenant que le même effet se produise pour les crypto monnaies, et plus particulièrement le Bitcoin? Cet article débute toute une série d’articles sur le Bitcoin, nous développerons d’abord dans celui-ci le côté technique et surtout la communication dont a bénéficié le Bitcoin. Puis, nous entrerons dans un prochain article dans le vif du sujet: la place du Bitcoin dans la théorie économique.

 

Avant toute chose, jetons un oeil à l’évolution du Bitcoin à travers ce simple graphique très explicite.

Hebergeur d'image

Le graphique commence de novembre 2011 à aujourd’hui 21 octobre 2017, de moins de 0.50$ à plus de 6 000$ pour un Bitcoin aujourd’hui.

Pour comparaison, une once d’or coûte aujourd’hui 1 280$.

Sur la période, le Bitcoin a augmenté de 664 032.56%.

 

La Blockchain, technologie portée par le Bitcoin et les crypto monnaies.

 

Hebergeur d'imageMachine de minage de crypto monnaies

 

La technologie apportée par les crypto monnaies, et surtout le Bitcoin créé en 2009, un peu la “crypto-mère” (d’où l’engouement pour cette “monnaie numérique”?) est celle de la blockchain. Celle-ci est en effet intéressante dans la mesure où elle correspond à une base de données inchangeable et parfaitement traçable, contre toute idée reçue selon laquelle le Bitcoin n’est pas traçable.
Au contraire: toutes les informations sont stockées dans la Blockchain, et les mineurs (processeurs qui permettent de vérifier les transactions et donc leur authenticité) valident ou non la transaction en fonction de l’authenticité de la donnée stockée dans la blockchain.
Si les informations sont authentiques: la transaction est validée, autrement, non. Une technologie séduisante, je vous l’accorde, notamment en terme de traitement de l’information et pour faire face au blanchiment d’argent, mais également avec bien d’autres utilités. Nous évoquerons les limites éventuelles de cette technologie dans un futur article.
Mais a-t-elle fait, seule, la “notoriété” et l’attrait pour le Bitcoin? Le Bitcoin, à première vue, était une technologie qui semblait destinée à des amateurs d’informatique. Une technologie assez intime, en somme, très utilisée au sein de la vaste communauté qu’est internet.
Le Bitcoin a d’ailleurs acquis une réputation sulfureuse à cause de son utilisation sur le dark net et notamment sur Silk Road, un site qui vendait TOUT ce qui pouvait être illégal, de la drogue aux armes à feu.
Cette sombre affaire autour du Bitcoin a notamment coûté la prison à certains investisseurs et entrepreneurs qui avaient lancé leur business en lien avec le Bitcoin comme Charlie Shrem, créateur de Bitinstant: un lieu physique d’échange de Bitcoin. Charlie, accusé de complicité de blanchiment d’argent via la plateforme qu’il a créé, a écopé de pas moins de 23 ans de prison.
Une réputation sulfureuse pour le Bitcoin, nous l’avons dit, qui a visiblement participé à la communication autour de ce dernier, mais ayant surtout participé à l’appréhension de la population envers cette monnaie.

 

Le mythe de Satoshi Nakamoto.

Hebergeur d'imageAvez-vous déjà entendu parler de Satoshi Nakamoto? Je ne vous en voudrai pas si vous me répondiez que non, car personne ne sait vraiment qui est le vrai Satoshi Nakamoto. Ce que nous savons, c’est qu’il est le créateur du Bitcoin, que ce soit sous sa vraie identité ou non.

 

Ajoutons à tout ce que nous avons vu précédemment le fait que le créateur du Bitcoin est à ce jour tout à fait inconnu au bataillon, connu sous le nom de Satoshi Nakamoto: les spéculations vont bon train quant à sa vraie identité après que ce que certains pensaient être le vrai “Satoshi Nakamoto” sous le nom de Dorian Nakamoto ait été trouvé en Californie, à deux pas de chez Hal Finey. Il s’avère néanmoins que Dorian nie être le créateur du Bitcoin. Hal Finey, me demandez-vous ? Il est l’un des pionniers du Bitcoin. Il faut savoir que la première transaction de Bitcoin a eu lieu entre ces deux hommes: Satoshi Nakamoto et Hal Finey. Pendant longtemps les amateurs de Bitcoin pensaient donc que Hal Finey était le vrai Satoshi Nakamoto et qu’il avait utilisé Dorian Nakamoto comme “couverture”, ne voulant vraisemblablement pas être mis à la lumière du jour. Satoshi Nakamoto était réputé comme craintif quant au gouvernement.

Ce « mythe » quant au créateur du Bitcoin, très mystérieux, n’alimente-t-il pas une certaine appréhension quant à ce dernier ? Beaucoup de gens sont sceptiques quant aux Bitcoins, tout simplement parce qu’ils ne souhaitent pas investir dans ce qu’ils ne comprennent pas. Investiriez-vous dans l’or si ce n’était pas une denrée tangible? D’un autre côté, ce mystère a également pu participer au mystère du Bitcoin et nous le savons: le mystère intrigue et attire les plus curieux d’entre nous.

 

Le Bitcoin, le refuge d’un réfugié politique.

Je ferai l’impasse sur le mouvement des cypherpunks, qui, grossièrement constitue un groupuscule anonyme sur internet “fan” de crypto-monnaies dont le Bitcoin fait partie. Notons le fait que ce groupe est intimement lié à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks. (voir son ouvrage : Cypherpunks : Freedom and future of the Internet que vous pouvez vous procurer sur Amazon, en cliquant sur l’image qui suit. Ce lien sert à donner un petit coup de pouce à ce blog!)

WikiLeaks est une organisation non gouvernementale dont l’objectif est de publier des documents relatifs à la politique et au domaine social à l’échelle mondiale fondée en 2006. En 2010, l’organisation publie des documents sensibles sur l’intervention américaine et l’horreur qui y est associée en Irak. En guise de sanction, certains hommes politiques américains érigent un blocus bancaire à l’égard de WikiLeaks, suivi par des institutions comme Western Union, Paypal, Bank of America, etc.
Julien Assange, le fondateur de WikiLeaks et lanceur d’alerte s’est-il laissé abattre? En aucun cas. Il a commencé à accepter des dons anonymes, en Bitcoin! Voici le résultat aujourd’hui :

Hebergeur d'image

 

 

« Mes plus sincères remerciements au gouvernement des USA, au sénateur McCain et au sénateur Lieberman pour avoir poussé Visa, MasterCard, Paypal, AmEx, Moneybookers, et les autres à mener un blocus bancaire illégal contre Wikileaks dès 2010. Cela nous a poussé à investir dans le Bitcoin, avec un profit de 50.000%.»

 

Ne vous précipitez pas pour acheter du Bitcoin à l’annonce de cet évènement. Il se peut fortement que cette annonce ait participé à pousser de nouveaux investisseurs dans la spirale. Je vous rappelle qu’un Bitcoin au moment où Assange a investi dedans, en 2011, coûtait moins de $1.

Pour la petite anecdote en lien avec la communication autour du Bitcoin: Benjamin Lawsky, avocat américain et surintendant aux services financiers en 2015, régule la même année le Bitcoin. Après avoir quitté sa position au tribunal, ce dernier créé une firme de conseil pour sociétés, afin de faire face à la régulation du Bitcoin que lui-même a créé! Nous sommes en droit de nous demander: A-t-il vu une aubaine dans le Bitcoin?

En somme, une belle communication pour le Bitcoin, ce qui expliquerait peut-être le fait que l’attention soit si concentrée sur ce dernier, et bien moins sur les crypto-monnaies qui gravitent autour de lui? Pourtant centrales dans le système. Nous pouvons ainsi nous demander si la communication dont a bénéficié le Bitcoin et la technologie que ce dernier porte, n’explique pas l’engouement pour celui-ci aujourd’hui, dont le cours ne cesse de grimper.
C’est ce que nous verrons dans le prochain article. nous verrons également la compatibilité du Bitcoin avec notre cher système économique.

Je vous invite à me dire en commentaire ce que vous avez pensé de cet article, les leçons que vous en avez tiré, je suis joignable par message privé sur twitter pour vous conseiller ou vous éclairer sur un sujet en particulier. Si l’article vous a plu, partagez-le sur les réseaux sociaux en cliquant sur les icônes suivantes afin de soutenir ce site!

Icône FacebookIcône Twitter

6 thoughts on “Quel avenir pour le Bitcoin?

  • Article intéressant sur un sujet en vogue en ce moment.
    Personnellement, plus les gens s’intéressent au Bitcoin et moins cela me donne envie d’investir. Aujourd’hui la capitalisation du Bitcoin est de 100 milliards de dollars ! Si les gens espèrent faire x 1 000 dans quelques années, il faudrait une capitalisation de 10 000 milliards de dollars, soit la moitié du PIB américain ou bien 10x la capitalisation d’Apple… Avec toutes les nouvelles cryptomonnaies plus sophistiquées que le Bitcoin et les législations qui se durcissent, je n’y crois plus…

    Comme toutes les nouvelles technologies prometteuses, au début il y a toujours une surestimation avant un dégonflement puis après une évolution positive plus saine. Pour le Bitcoin et la technologie Blockchain en général, je pense que nous sommes qu’au début donc méfiance…

    • Tout à fait d’accord!
      Je trouvais la valeur déjà surévaluée à 4800$ alors aujourd’hui à +7000$… on me demande en permanence s’il faut investir maintenant, en voyant la forte croissance du BTC. Pas forcément une excellente idée…

  • A l’image récentes fausses crises de carburants où l’on voyait gens se ruer sur les stations d’essence du simple fait que l’Etat eu annoncé une future pénurie d’essence, le bitcoin subira sûrement le même sort et l’on en voit déjà les prémices : deblatarion massive des médias au sujet du bitcoin, annonces quant à une future reglementation du bitcoin par l’Etat. Le but? Peut etre faire baisser considérablement la valeur du btc afin que l’Etat puisse investir sur ce marché?

    • L’État a tout à perdre à l’instauration d’une monnaie comme le Bitcoin, la politique monétaire ne serait même plus envisageable en répondant à une monnaie totalement décentralisée et désintermédiée et dont la création ne dépend pas de la demande. Mais oui, les anticipations auto-réalisatrices jouent actuellement un grand rôle dans l’évolution du Bitcoin.

Leave a Reply to PEA Facile Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *