Publicités

L’assurance-vie : tirelire patrimoniale

L’assurance vie

 

Me revoici après les régimes matrimoniaux pour vous parler d’assurance vie. Produit préféré des français avec plus de 22 milliards d’euros collectés. Mais savez-vous pour autant ce que c’est et comment cela fonctionne ?

Si vous ne savez pas, il est temps d’apprendre et si vous savez cela vous fera un peu de révision, alors accrochez-vous, c’est parti !

Nous allons premièrement combattre les idées reçues sur l’assurance vie, comprendre ce que c’est, ce que l’on peut mettre à l’intérieur, le principe de l’enveloppe fiscale, sa fiscalité, son intérêt pour la transmission, sa clause bénéficiaire et le fait qu’elle soit garantie.

 

Les idées reçues

“L’assurance-vie, cela sert seulement en cas de décès.”

FAUX : pas besoin de mourir pour en profiter, même si cela présente des intérêts concernant la transmission, mais nous reviendrons dessus plus tard.

Attention à ne pas confondre l’assurance-vie comme produit financier et l’assurance IARD (Incendie, Accidents et Risques Divers) qui vise à protéger des biens comme votre automobile.

 

“Mon assurance vie est bloquée pendant au moins 8 ans, je ne peux pas toucher aux fonds.”

FAUX : vous pouvez à n’importe quel moment effectuer des “rachats” sur votre assurance vie et récupérer tout ou partie des fonds, cela peut prendre quelques jours ou semaines pour certains produits mais dès que vous le souhaitez-vous pouvez sortir vos fonds.

 

“L’assurance-vie, c’est un placement trop risqué.”

FAUX : il y a des centaines de placements possibles, dont certains pour lesquels le capital est garanti et donc vous ne pouvez pas perdre d’argent. Pour les assurances-vie en fonds euros, le risque est supporté par l’émetteur de l’assurance-vie, l’assureur. Pour celles en unité de compte, le risque est supporté par l’assuré.

 

“L’assurance-vie, c’est fait pour les riches.”

Faux : c’est fait pour que chacun puisse épargner à son rythme et selon ses moyens.

 

 

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

 

C’est un contrat d’épargne signé entre un assuré (vous) et un assureur. Vous lui confiez votre argent pour qu’il le fasse fructifier pendant une durée déterminée ou durant toute la vie. L’épargne est investie dans un « fonds en euros » garanti, ou dans des « unités de compte » dont l’évolution de la valeur est liée aux marchés financiers. Un panachage des deux formules est possible et cette répartition peut être modifiée en réalisant des arbitrages.

Donc l’assurance vie vous permet d’épargner votre argent, tout comme votre livret A, mais de manière bien différente. Pour commencer les rendements, sur l’assurance vie si vous investissez sur un support Fonds Euros les taux minimaux sont à 1,3% contre 0,75% pour le livret A. Vous pouvez également avoir un rendement bien plus élevé mais vous prenez plus de risque. Selon votre appétence aux risques vous aurez différents types de placements possibles, plus ou moins risqués et avec potentiellement plus ou moins de rendement.

C’est le produit roi. Elle vous permet de diversifier votre épargne et d’investir dans des centaines de supports possibles. Elle vous permet de préparer votre transmission à moindre frais. Elle vous permet de désigner exactement qui en sera bénéficiaire et combien il touchera. Elle vous permettra en son sein de toucher à ses placements, les réorganiser tels qu’on le souhaite sans avoir à payer d’impôts tant que l’on ne sort pas l’argent. Elle vous permet d’avoir potentiellement des rendements bien plus élevés que les livrets traditionnels. En bref elle s’adapte à tout le monde et vous permet presque tout.

 

Que placer dedans ?

 

Deux compartiments sont possibles dans l’assurance vie :

  • Les fonds en euros

Ils représentent plus de 80% des sommes investies en assurance vie. Alors dans quoi sont investis ces deniers ? L’épargne est investie à 80%-85% dans des obligations d’Etats de la zone euro ainsi que des obligations d’entreprises très sûres, 5%-10% d’actions et d’immobiliers et environs 5% de liquidités disponibles.

Les forces du fonds euro

  • Le capital investi (après minoration des frais d’entrée) est garanti.
  • Le placement est liquide, sous quelques jours vous pouvez retrouver vos fonds.

Les faiblesses du fonds euro

  • Le rendement baisse chaque année car les taux des obligations d’Etats baissent aussi.
  • Rendement limité car investis sur des supports très sûrs.

C’est un placement idéal pour les personnes frileuses et ne voulant pas de risques quant à leur épargne.

 

  • Les unités de compte

Ce terme englobe tous les autres placements possibles sur un contrat d’assurance vie. Cela comprend :

  • Des parts d’OPCVM

Les organismes de placement collectif en valeur mobilières, existent sous la forme de SICAV (société d’investissement à capital variable) ou FCP (fonds commun de placement). Ce qu’il faut savoir c’est que ces sociétés investissent des fonds sur des actions, obligations, produits de taux, toutes sortes de produits financiers.

Les forces des OPCVM

  • Tous vos œufs ne sont pas dans le même panier, règle n°1 en finance, il faut se diversifier pour minimiser le risque et c’est ce que font ces sociétés.
  • Des gérants expérimentés, avec bien plus de connaissances que vous gèrent les investissements, vous n’avez pas à être toute la journée devant des dizaines de courbes pour un acheter ou vendre, vous pouvez laisser les pros faire.
  • Nombreuses OPCVM différentes existent et leurs placements diffèrent, il y en a pour tous les goûts, de l’investissement très risqué, peu risqué, des placements socialement responsables etc.

Les faiblesses des OPCVM

  • Elles sont tellement nombreuses qu’il peut être compliqué de s’y retrouver
  • Risque plus élevé que le fonds en euros

 

  • Des actions en direct

Une Action est un titre de propriété négociable, représentant une partie du capital social d’une société

Les forces des actions

  • Vous possédez, si l’entreprise fait des bénéfices et qu’elle décide de le reverser aux actionnaires, d’un droit à dividendes, c’est-à-dire que pour chaque action de la société détenue vous percevrez de l’argent en plus.
  • Vous possédez une part de l’entreprise (et donc la possibilité de participer aux assemblées générales réunissant les actionnaires).

Les faiblesses des actions

  • Placement pouvant se révéler volatile.
  • Conseillé pour des personnes ayant quelques bases en finance avant d’en acheter.

 

  • Des obligations

Titre de dette : part d’emprunts d’états, de collectivités, d’entreprises, qui s’engagent à rembourser le capital au terme et à verser un intérêt annuel

Les forces des obligations

  • Cela permet de diversifier son épargne, elles sont plus sûres que les actions.
  • Un revenu connu à l’avance, vous savez tous les ans quel est le rendement de l’obligation.

Les faiblesses des obligations

  • Risque de ne pas retrouver son argent si l’Etat ou la société est en faillite.
  • Risque de liquidité si cette obligation est peu demandée, il sera compliqué de la vendre.

 

  • Des parts de SCPI

Une société civile de placement immobilier est une société qui a pour but d’investir l’épargne dans des immeubles, habitations, locaux commerciaux, les mettre en location et verser les loyers aux investisseurs. Plus connu sous le nom de « pierre-papier »

Les forces des SCPI

  • Moins contraignant que de faire de l’immobilier en direct avec la gestion d’un appartement.
  • Rendement moyen autour des 5%.
  • Peu de risque de loyers impayés.

Les faiblesses des SCPI

  • Frais élevés à la sortie, environ 8%, soit l’équivalent de frais de notaires lors d’un achat immobilier.
  • Placement sur du long, voire très long terme, minimum une dizaine d’année.

 

L’assurance vie : une enveloppe fiscale

 

Premièrement il advient de définir ce qu’est une enveloppe fiscale, c’est un produit d’épargne (assurance vie, PEA) dans lequel on peut librement arbitrer ses placements et tant que l’on ne retire pas d’argent l’on n’est pas imposable.

C’est-à-dire que je peux décider de passer de 100% en fonds euro à 50% fonds euro et 50% unité de compte, tous les ans percevoir des intérêts sur mes placements, je peux acheter et revendre au sein de l’assurance vie, mais tant que je ne décide pas de retirer je ne paye rien.

En comparaison avec un compte titre (compte sur lequel je peux acheter des actions et obligations), dès que je reçois des dividendes je suis fiscalisé dessus, dès que je vends une action je suis fiscalisé.

Prenons un exemple pour comprendre l’intérêt. J’achète la même action Y à la même date dans mon assurance vie et dans mon compte titre, je l’ai payé 100, et un an après elle vaut 150, je décide de la vendre pour acheter d’autres actions car je pense que celle-ci risque de baisser, si je la vends dans l’assurance vie je pourrais avec 150 racheter d’autres actions alors que dans le compte titre ma plus-value de 50 sera imposée à 30% (la flat tax) et je ne pourrai réinvestir que 100 + 50-30% soit 135.

 

La fiscalité de l’assurance vie

La première chose à comprendre est que l’on ne paye l’impôt que sur les intérêts gagnés et non sur le capital versé, cela porte très souvent à confusion

Ensuite viennent deux cas de figure concernant cet impôt à payer.

!! SUR LES INTERETS ACQUIS VOUS PAYEZ TOUJOURS 17.2% DE PRELEVEMENT SOCIAUX EN PLUS DE L’IMPOSITION CLASSIQUE !!

 

Les versements effectués avant le 27 septembre 2017 :

  • Retrait avant 4 ans

Deux choix sont possibles, vous êtes soit imposé sur les intérêts acquis au barème classique de l’imposition selon votre tranche d’imposition soit vous pouvez opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire (hors prélèvements sociaux) de 35%

A cette imposition se rajoute 17,2% de prélèvements sociaux

  • Retrait entre 4 et 8 ans

Deux choix sont possibles, vous êtes soit imposé sur les intérêts acquis au barème classique de l’imposition selon votre tranche d’imposition soit vous pouvez opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire (hors prélèvements sociaux) de 15%

A cette imposition se rajoute 17,2% de prélèvements sociaux

 

  • Après 8 ans

Deux choix sont possibles, vous êtes soit imposé sur les intérêts acquis au barème classique de l’imposition selon votre tranche d’imposition soit vous pouvez opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire (hors prélèvements sociaux) de 7.5% après avoir bénéficier de 4600€ d’abattement sur les intérêts acquis si vous êtes célibataire et 9200€ en couple.

A cette imposition se rajoute 17,2% de prélèvements sociaux

 

Les versements effectués après le 27 septembre 2017 :

Avec l’entrée en vigueur de la flat-tax (ou prélèvement forfaitaire unique) la donne a changé.

  • Avant 8 ans

Deux choix sont possibles, vous êtes soit imposé sur les intérêts acquis au barème classique de l’imposition selon votre tranche d’imposition soit vous pouvez opter pour la flat-tax de 30% (12,8% d’impôts sur le revenu et 17,2 de prélèvements sociaux)

  • Après 8 ans

Deux choix sont possibles, vous êtes soit imposé sur les intérêts acquis au barème classique de l’imposition selon votre tranche d’imposition soit vous pouvez opter pour la flat-tax, après abattement des 4600€ pour un célibataire et 9200€ pour un couple vous payerez 7,5% en guise d’imposition sur le revenu et 17,2% en guise de prélèvements pour les gains provenant des 150 000 premiers euros versé sur le contrat d’assurance vie (ce que je vous souhaite), pour les gains provenant des sommes versés au-dessus des 150 000 premiers euros, la flat tax s’applique.

 

La transmission

 

L’un des intérêts majeurs de l’assurance vie se trouve au niveau de la transmission.

L’argent y étant investi par l’épargnant sort de l’assiette successorale, ce qui signifie que vous pouvez le transmettre à qui vous voulez, tant que cela respecte la part réservataire de vos enfants. Vous pouvez le léguer à un ami, un voisin, votre coiffeur préféré ou votre amant(e).

 

Il y a deux cas de figure concernant la fiscalité.

Les versements avant 70 ans :

Vous êtes exonérés de fiscalité sur les 152 500 premiers euros versés par bénéficiaire. C’est-à-dire que vous pouvez ouvrir votre assurance vie, la blinder et chacun des bénéficiaires pourra hériter à moindre coût, c’est pourquoi c’est le produit roi en termes de succession. La suite jusque 700 000 € est taxé à hauteur de 20%, ce qui est au-dessus de 700 000 € est taxé à 31,25 %.

Les versements après 70 ans :

Vous êtes exonérés, cette fois-ci sur un bien plus petit montant, 30 500 €, tout bénéficiaires confondus. C’est beaucoup plus faible. La différence qui peut faire toute la différence est que les intérêts acquis sont cependant tous exonérés. La somme au-dessus des 30 500 € est réintégrée au barème de la succession classique.

La clause bénéficiaire :

Premièrement le bénéficiaire doit être parfaitement identifiable car sinon les sommes peuvent être réintégrées dans la succession et donc ne plus bénéficier de l’abattement. Il vaut mieux ne pas désigner le nom des bénéficiaires directement mais son titre. Il faut mettre « mon épouse » et non « Martine Durand » car si vous divorcez cela ira à votre ex-femme.

Il faut également prévoir des bénéficiaires du second rang, « ma femme, à défaut mes enfants » car si votre femme décède avant vous cela est réintégré à l’assiette successorale.

La clause type est « Mon conjoint ou partenaire de Pacs, à défaut mes enfants, nés ou à naître, vivants ou représentés, par parts égales entre eux, à défaut mes héritiers. »

 

Le fonds de garantie des assurances de personnes (FGAP)

 

La crise de 2008 et la faillite de Lehmann Brothers nous ont appris que la faillite d’une banque, même si c’est un évènement très peu probable n’est pas à exclure. Le 11 décembre 2013 un accord européen a même ouvert la voie à un gel des comptes à vue en cas de panique. Cela ne conforte pas les clients mais en contrepartie il existe des garanties légales pour être indemnisé.

En cas de faillite de l’assureur ce fond couvre jusque 70 000 € par contrat d’assurance vie. La mise en œuvre de cette garantie est faite par les autorités publiques directement, cela sous deux mois.

 

L’assurance vie est donc un produit d’épargne et de transmission très intéressant en termes de fiscalité et de succession.

Article rédigé par Robin Guerchon. Suivez-le sur twitter : @bahebeckam https://twitter.com/bahebeckam

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *